“Les hommes de l’ombre” (Roma, EFR, 10 gennaio 2020)

La réussite de l’humanisme comme mouvement culturel tient pour une grande part aux opérations d’auto-promotion menées par ses instigateurs. Une histoire écrite par en-haut se laisse facilement abuser par le miroir que ces héros tendent à la postérité. D’où l’intérêt qu’il y a, à l’inverse, à tâcher de reconstruire et comprendre de l’intérieur la carrière de personnages de second plan. Girolamo Aliotti, Arétin de naissance, moine bénédictin de profession et observateur attentif des pratiques intellectuelles de son temps, produisit et fit circuler une œuvre abondante, très largement autobiographique, qui constitue un point d’observation exceptionnel pour éclairer le fonctionnement des réseaux intellectuels et monastiques de l’Italie du XVe siècle, ainsi que certains traits caractérisants de l’humanisme dont il fit un élément essentiel de sa stratégie d’affirmation sociale. Un siècle plus tôt, Opicino de Canistris offre le cas d’un semi-lettré aux ambitions littéraires bridées par la ruine familiale, qui produit en secret, pour lui seul, un ensemble de notes intimes, cartes et schémas, dans lesquels on peut déchiffrer les tourments d’un prêtre séculier, devenu scribe de l’administration papale. Ces deux dossiers qui permettent de mener une histoire culturelle par en-bas procurent une vision plus riche des courants et institutions culturelles du Moyen Âge tardif.



Citare questo post
sarabischetti (2020, 7 Gennaio). “Les hommes de l’ombre” (Roma, EFR, 10 gennaio 2020). BIFLOW - Bilingualism in Florentine and Tuscan Works (ca. 1260 - ca. 1416). Recuperato il 1 Marzo 2024, da https://doi.org/10.58079/m0ch

Potrebbero interessarti anche...

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search